facade

A l’invitation de Marie Menestrier, directrice de la programmation artistique, je suis en résidence de création à Visages du Monde depuis le mois de juillet 2014 jusqu’en janvier 2015.
Visages du Monde est un nouvel établissement culturel de la ville de Cergy regroupant une médiathèque, une salle de spectacles, un espace de production des arts numériques, une maison de quartier et des services attachés à la municipalité. J’y ai été invitée pour poursuivre le travail engagé avec La Bibliothèque mondiale et réaliser des objets en vue d’une restitution publique le 20 décembre.
L’un de ces objets est un site Internet qui, comme tout ce qui pourra se matérialiser dans le cadre de la résidence, restera ouvert, éphémère et contextuel, à requestionner dans un autre cadre et suivant l’avancement du projet.

enface

Visages du Monde a été imaginé sur le modèle du troisième lieu, « […] notion forgée au début des années 1980 par Ray Oldenburg, professeur émérite de sociologie urbaine à l’université de Pensacola en Floride, se distingue du premier lieu, sphère du foyer, et du deuxième lieu, domaine du travail. Il s’entend comme volet complémentaire, dédié à la vie sociale de la communauté, et se rapporte à des espaces où les individus peuvent se rencontrer, se réunir et échanger de façon informelle […] ».
Qualifié de nouveau lieu de vie dans la presse locale, Visages du Monde s’adresse principalement aux cergyssois. Arrivée en juillet, inaugurant la première résidence, dans un bâtiment encore à l’essai et dans une ville d’à peine dix ans, j’ai dû présenter mon projet et convaincre, avec l’aide précieuse de Marie, de l’intérêt de camper La Bibliothèque mondiale dans les locaux de cette jeune structure.
Accueillie avec curiosité par les associations et les personnes en lien direct avec les habitants du quartier, des doutes subsistent néanmoins de la part de certains acteurs estimant mon projet trop conceptuel, pas assez ludique, peu adapté en quelque sorte à un public non initié. Familière de cette ritournelle bien connue proférée depuis longue date au sujet de l’art contemporain, je poursuis mes recherches, sans pour autant maquiller mon projet en vue de le rendre plus attrayant, avec l’idée de rencontrer les usagers du lieu et d’imaginer différents protocoles permettant la rencontre de mon travail; un processus à long terme en somme qui ne peut se déployer que dans le cadre d’une résidence.